Epilateurs à lumière pulsée : réponse à l’avis de la CSC

Septembre 2014 – La Commission de la Sécurité des Consommateurs vient de publier un avis relatif à l’épilation par lumière pulsée. Le GIFAM tient à s’associer à cette démarche qui vise à s’assurer de la sécurité des consommateurs ayant choisi ce mode d’épilation. Le GIFAM, au nom de ses adhérents fabricants d’appareils destinés au grand public, tient à apporter un éclairage complémentaire sur les recommandations émises.

Recommandation relative à la protection oculaire

La Commission de la Sécurité des Consommateurs considère que l’épilation à lumière pulsée peut  entraîner une destruction irréversible de certaines cellules de la rétine, que l’exposition de l’œil à la lumière pulsée soit directe ou indirecte, et préconise de fournir des lunettes de protection normalisées avec les appareils vendus sur le marché.

Le GIFAM tient à rappeler que les produits mis sur le marché par ses fabricants comportent des systèmes intégrés de sécurité qui empêchent le déclenchement de flash en l’absence d’un contact étroit de  l’appareil avec la surface à épiler, ce qui par conséquent, limite tout risque oculaire pour les utilisateurs.

Par ailleurs, les fabricants adhérents du GIFAM qui proposent des appareils pouvant être utilisés également pour le visage, indiquent dans leurs notices que l’épilation doit se limiter à la lèvre supérieure, au menton et en dessous des pommettes. Ils précisent notamment que les zones à proximité des yeux, comme les sourcils, ne doivent jamais être épilées avec ce type d’appareils. En conséquence,  le port de lunettes systématique recommandé par la Commission de Sécurité des Consommateurs n’est pas nécessaire.

Recommandation relative à la protection de la peau

Il existe deux modes de fonctionnement pour les épilateurs à lumière pulsée destinés à un usage domestique. Le premier consiste en un « flash simple » : l’utilisateur actionne l’appareil pour générer une émission de lumière pulsée sur une zone à épiler, puis le repositionne sur une zone contiguë avant de l’actionner à nouveau pour générer une autre émission de lumière.
Le second consiste à utiliser l’appareil sans avoir à actionner de façon successive le déclenchement de l’émission de lumière pulsée : l’utilisateur actionne l’appareil pour générer une première émission puis fait glisser l’appareil sur sa peau pendant que celui-ci génère automatiquement d’autres flashs à intervalle régulier.

La Commission de la Sécurité des Consommateurs recommande de ne pas « émettre de flashs de lumière localisés au même endroit » ce qui « entraînerait des risques de brûlure de la peau ».
Le GIFAM tient à souligner que ses adhérents précisent dans leurs notices qu’il est inutile de flasher deux fois sur la même surface à épiler pour obtenir une meilleure efficacité.
Cependant, dans le cas où une même surface serait flashée à deux reprises, cela n’engendrerait aucun risque pour l’utilisateur étant donné la faible quantité d’énergie délivrée par ces appareils qui sont destinés à un usage domestique.

En effet, le GIFAM rappelle qu’il existe 3 grandes catégories d’épilateurs à lumière pulsée :

•    Les appareils utilisés par les médecins, dont la quantité d’énergie délivrée est en moyenne de 32 Joule par cm2 ; et dans certains cas peut atteindre 100 Joule par cm2.
•    Les appareils utilisés dans les instituts de beauté, d’une puissance d’environ 20 Joule par cm2.
•    Les appareils vendus dans le commerce aux particuliers qui délivrent une quantité d’énergie maximale de 10 Joule par cm2.


Les marques d’épilateurs à lumière pulsée du GIFAM :
BABYLISS, CALOR, PHILIPS, REMINGTON, RIO.