Pensez à la planète, utilisez votre électroménager

La Journée Mondiale de l’Eau aura lieu le 22 mars prochain suivie, quelques jours plus tard, par la Semaine du développement durable (1er au 7 avril). L’occasion pour le GIFAM de rappeler que, loin d’être « aquavore », le lave-vaisselle et le lave-linge permettent non seulement de réduire la consommation électrique mais également de réaliser des économies d’eau significatives.

Des appareils électroménagers innovants pour des économies conséquentes

En véritable simplificateur du quotidien, le lave-vaisselle équipe aujourd’hui près de 60 % des Français[1] et, cerise sur le gâteau, il ne contribue pas à augmenter la consommation d’eau ou d’énergie. Au contraire ! Le lave-vaisselle nouvelle génération consomme moins de 10 litres d’eau par lavage contre 42 litres en moyenne pour un lavage à la main, et ce, quand l’eau ne coule pas en continu ; dans ce dernier cas, la consommation d’eau peut atteindre la barre des 100 litres d’eau par vaisselle. Grâce aux nouvelles technologies, le lave-vaisselle permet donc de réduire la consommation d’eau d’au moins 30 litres soit environ 70 % d’économie.

Il en est de même pour la consommation électrique : le lave-vaisselle ne consomme pas davantage qu’un lavage manuel et le programme « éco » permet des économies non négligeables en termes d’énergie. Elles peuvent atteindre jusqu’à 70 % (1,9kWh) dans le cas d’une utilisation importante de volume d’eau pendant la vaisselle à la main.

Le lave-linge a pu bénéficier lui aussi des meilleures innovations pour être aujourd’hui un économiseur d’eau et d’énergie reconnu. 

En 10 ans, les lave-linge ont permis de réaliser jusqu’à 57 % d’économie d’énergie. Quant aux progrès technologiques, ils sont à l’origine d’une véritable révolution dans le lavage puisqu’il n’est plus besoin de laver à température très élevée pour obtenir de très bons résultats tout en réalisant d’importantes économies d’énergie.

Il est d’ailleurs utile de rappeler que la quantité de lessive utilisée influe sur la quantité d’eau consommée. En effet, la quantité de lessive nécessaire à un bon lavage dépend à la fois de la dureté de l’eau, du degré de salissure du linge et de la quantité de linge à laver. Ainsi un surdosage de lessive peut augmenter la durée de lavage et par voie de conséquence la consommation d’eau et d’électricité. D’où l’intérêt de s’interroger sur le choix du programme et de la température de lavage en fonction des textiles et de la salissure du linge à chaque début de cycle et la nécessité également de bien respecter les indications figurant sur les emballages des détergents.

A moins que le lave-linge ne soit doté d’un réservoir de lessive. Dans ce cas il prélèvera la juste quantité de lessive nécessaire en toute autonomie. Il ne restera qu’à indiquer le type de textile à laver.

Les étiquettes énergie au service d’une consommation plus responsable

Les étiquettes-énergie sont obligatoires et apposées sur la plupart des gros appareils électroménagers depuis les années 90. Précises et fiables, elles informent les consommateurs sur la performance énergétique et la consommation d’eau et s’inscrivent parfaitement dans le message délivré lors des Journées Mondiales de l’Eau et de la Semaine du développement durable.

Les exigences environnementales pour les appareils électroménagers ont encore franchi un nouveau palier en décembre 2013 avec l’arrêt de la mise sur le marché des lave-linge et lave-vaisselle de classe d’efficacité énergétique A, ainsi que la mise en place de valeurs limites de consommation d’eau pour laver une charge partielle de linge à 40 et à 60°C.

Si le prix d’acquisition d’un appareil éco-performant type A++ ou A+++ est plus élevé, la différence de coût est compensée sur le cycle de vie de l’appareil par les économies réalisées.

Les lave-linge les plus « intelligents » sont classés A++ ou A+++. Par rapport à un appareil de classe d’efficacité énergétique A, un lave-linge A++, c’est au moins 20 % d’économie sur le coût d’usage de l’appareil et un A+++ 30 % d’économie : un critère de choix non négligeable à prendre en compte au moment de l’achat.

Devenu un indicateur précieux dans le choix d’un appareil électroménager, l’étiquette-énergie est aujourd’hui un outil idéal pour sensibiliser les consommateurs au développement durable, les incitant ainsi à acheter plus responsable et à œuvrer en faveur des économies d’eau et d’énergie.



[1]TNS SOFRES 2012 Etude équipement des foyers français en gros électroménager en 2011