Etiquette énergie
La loi Climat et Résilience

Issue de la Convention Citoyenne pour le Climat, la Loi Climat et Résilience a été promulguée en août 2021, avec pour objectif de « faire entrer l’écologie dans la vie des Français ». De cette initiative a émergé la volonté de réguler la publicité afin de promouvoir des produits et des modes de consommation plus responsables. À ce titre, de nouvelles dispositions en la matière impactent notamment le secteur de l’électroménager.

Focus sur l’obligation de déclaration des entreprises

Les nouvelles réglementations en matière de publicité inscrites dans la loi Climat et Résilience obligent désormais les importateurs, distributeurs, metteurs sur le marché qui réalisent des dépenses publicitaires égales ou supérieures à 100 000€ par an et dont les communications commerciales concernent les produits soumis à l’étiquette énergie à se déclarer sur la plateforme numérique www.publicite-responsable.ecologie.gouv.fr.

Pour le secteur de l’électroménager, les appareils de cuisson (fours, hottes), de froid (cave à vin, réfrigérateurs, congélateurs, combinés) et de lavage (lave-linge, lave-vaisselle, lavante séchante, sèche-linge) faisant l’objet de publicités sont ainsi concernés.

Zoom sur le contrat climat

Autre élément, les entreprises peuvent si elles le souhaitent déclarer des « contrats climats ». Ils permettent aux organisations de valoriser leurs engagements, leurs actions réalisées dans le cadre de communications commerciales en faveur de pratiques plus responsables.

Ces contrats, réalisés proactivement peuvent être faits par toutes les entreprises, quels que soient les montants publicitaires ou les produits et services dont elles font la promotion. Par ailleurs, il est tout à fait possible pour une entreprise d’en rédiger plusieurs.

Ainsi, une entreprise qui fait la promotion de produits réparables et durables pourra par exemple le valoriser au sein de son contrat climat.

Quand et comment se passe la déclaration ?

Pour cette première année, les entreprises et organisations concernées par ce dispositif avaient au plus tard jusqu’au 30 juin 2022 pour se déclarer sur la plateforme www.publicite-responsable.ecologie.gouv.fr  et déposer leur contrat climat. Les entreprises qui ont déposé un contrat dans ces délais auront la possibilité s’ils le souhaitent de le faire évoluer d’ici le 31 décembre 2022.

Celles qui n’auraient pas eu la possibilité de déposer un contrat climat cette année pourront le faire à compter de 2023.

Le 15 juillet 2022, les pouvoirs publics publieront la liste des entreprises qui devaient se déclarer et qui ne l’ont pas fait, des entreprises ayant souscrit ou non à un contrat climat mais également des entreprises qui n’étaient pas obligées de se déclarer et qui ont souscrit à un contrat climat.

Quelles sont les sanctions ?

En cas de non-déclaration sur la plateforme numérique, les entreprises concernées risquent une amende administrative pouvant aller jusqu’à 30 000 euros.

 

À lire également :

La crise sanitaire de 2020 a profondément affecté les comportements des consommateurs. Pour comprendre et mesurer l’impact de cette crise, le Gifam a lancé dès juillet 2020 le baromètre « Trajectoires ». Avec ce baromètre, l’ambition était d’analyser sur le long terme et plusieurs fois par an, les conséquences de la crise sanitaire sur les comportements de consommation des Français et d’analyser les profils de consommateurs sous l’angle de l’écoresponsabilité. Force est de constater que la crise sanitaire, mais également les autres crises qui se sont greffées depuis (économiques, géopolitiques…), ont eu un impact concret sur le secteur de la maison et de l’électroménager.

Se recentrer sur l’intérieur

Preuve de cette évolution des comportements, depuis 2020, les Français ont ressenti le besoin de réinvestir leur intérieur en redonnant une place de choix aux appareils électroménagers. Ainsi, ce secteur a bénéficié d’une année 2021 exceptionnelle avec une croissance historique de +10,8 %* pour le gros électroménager (GEM) et +2,9%* en Petit Electroménager (PEM).

Le temps passé chez soi, l’usage plus fréquent des appareils et les mouvements de population (déménagements, achats de résidences secondaires…) ont ainsi boosté les ventes d’équipements.

L’univers de la cuisine, au travers des projets de cuisine équipée, a particulièrement bénéficié au secteur électroménager. Fin 2021, 69% des Français interrogés déclaraient avoir une cuisine équipée, un chiffre en hausse de +5 points en un an. Naturellement, le marché de la cuisson a été la catégorie la plus porteuse avec +13,2%* d’augmentation en valeur. L’ensemble des éléments intégrables comme les tables de cuisson (+15,7%*), les fours (+13,0%*) ou les hottes aspirantes (+12,7%*) ont été en très forte croissance et ont pleinement bénéficié de l’attrait des Français pour les cuisines équipées.

Côté PEM, le succès d’appareils comme la machine à café avec broyeur intégré (+45,8 %*) révèle l’envie croissante des consommateurs de se faire plaisir et d’améliorer constamment les équipements de leur logement. Ces appareils séduisent également pour leur caractère vertueux qui permet de limiter les déchets et de choisir ses grains de café selon ses préférences.

Les perspectives pour l’avenir

Face à l’incertitude qui pèse sur nos marchés, difficile de prévoir des tendances pour 2022.  L’inflation, les difficultés d’approvisionnement et le fort historique pourraient ralentir la dynamique actuelle. Néanmoins les appareils électroménagers semblent être essentiels pour les Français : 95%** estiment en effet que l’électroménager fait partie de leur confort au quotidien.

Enfin, les projets de cuisine équipée pourraient, dynamiser les ventes : fin 2021, 22% des Français avaient un projet pour 2022 dont 4% étaient des décisions fermes **.

Rendez-vous donc en 2023 !

 

Vous souhaitez souscrire à l’étude Trajectoires ? Contactez Laurent COURS, Directeur de Gifam Insights et Émilie PIN, Responsable Statistiques et Études du Gifam.

 

* Données en valeur – Source : GfK Market Intelligence

** Source : Trajectoires, le baromètre du Gifam

À lire également :

X-Ô de Rowenta, lauréat du « Prix Gifam de la Consommation Responsable » à la Foire de Paris

Paris, le 28 bavril 2022 – Fidèle à sa démarche d’accompagnement du consommateur dans l’utilisation et l’entretien plus responsable de ses appareils, le Gifam – groupement des marques d’appareils pour la maison –
dévoile le lauréat du « Prix Gifam de la Consommation Responsable ». Décerné à X-Ô de Rowenta pour son caractère innovant et respectueux de l’environnement, il a été remis ce jour, dans le cadre du Grand Prix de l’Innovation (GPI) Électroménager de la Foire de Paris.

 

Retour Espace Presse

 

Nouvelle étiquette énergie sur les appareils de froid et de lavage : le Gifam dresse un premier bilan un an après sa révision

Paris, le 21 avril 2022 – La 3e génération de l’étiquette énergie est apposée, depuis le 1er mars 2021, sur les appareils de froid et de lavage. Elle devrait s’étendre aux sèche-linge en 2022 puis aux fours et hottes de cuisine en 2024.

 

Retour Espace Presse

 

Foire de Paris 2022 : Le Gifam investit la Foire de Paris pour promouvoir une consommation responsable des appareils électroménagers

Paris, le 19 avril 2022 – Le Gifam, le groupement des marques d’appareils pour la maison, s’engage à nouveau pour la consommation responsable à la Foire de Paris, qui se tiendra cette année du 28 avril au 9 mai 2022. Sur cette 116e édition, le Gifam remettra le prix Gifam de la consommation responsable récompensant le produit électroménager le plus innovant en matière d’impact environnemental et animera plusieurs conférences pour aider les consommateurs à mieux utiliser leurs appareils électroménagers.

 

Retour Espace Presse

 

Si l’étiquette énergie est devenue au fil du temps un outil essentiel dans le choix des appareils électroménagers – elle impacte notamment le choix final de 94% des Français au moment de l’achat d’appareils de gros électroménagers (source : étude Gifam Insights sur l’achat écoresponsable) – un nouvel indicateur, est récemment apparu en magasin et sur les sites de E-commerce. Retour sur ce nouveau dispositif.
Un indice pour renforcer l’information du consommateur

Déployé notamment sur les lave-linge hublot* depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité indique aux consommateurs le niveau de réparabilité de l’appareil grâce à une note allant de 0 à 10. Ce dispositif prévu par la loi Antigaspillage et pour une Economie Circulaire (AGEC) a pour ambition d’inciter les consommateurs à choisir des équipements réparables en introduisant ce nouvel outil de comparaison au moment de l’achat.

Créé par les pouvoirs publics en collaboration et concertation avec l’ensemble des acteurs de la filière (fabricants, distributeurs, acteurs de la réparation, associations de consommateurs et environnementales…), l’indice de réparabilité a été déployé tout au long de l’année 2021 auprès des différents réseaux de distribution (GSS, cuisinistes…). Cet indice doit être calculé par le fabricant qui le transmet ensuite auprès du vendeur. Que ce soit en magasin ou sur leurs sites internet, les vendeurs distributeurs ont ensuite l’obligation d’afficher l’indice de réparabilité au consommateur, au moment de l’achat et à proximité du prix.

 5 critères pour calculer la note

Pour élaborer cette note, 5 critères ont été retenus :

  • La disponibilité de la documentation
  • La démontabilité et l’accès aux pièces (fixations, outils nécessaires)
  • La durée de disponibilité des pièces détachées
  • Le prix des pièces détachées
  • Un critère spécifique à chaque produit. Pour le lave-linge, il s’agit de la présence d’un compteur d’usage, de l’assistance à distance et de la mise à jour du logiciel.
 Quel bilan dresser après un an de mise en œuvre ?

Après un an de mise en œuvre, près de 1000 références ont été calculées et transmises aux revendeurs et distributeurs sur les seuls lave-linge hublot. A date, les lave-linge des fabricants adhérents au Gifam ont obtenu une moyenne de 7,2 sur 10 avec des notes variant de 5,1 à 8,8 sur 10, permettant ainsi une bonne comparaison des produits entre eux.

Et pour l’avenir ?

L’indice de réparabilité sera déployé à l’automne prochain sur les lave-linge top, les lave-vaisselle et aspirateurs filaires, non filaires et robot.  En 2024 la loi prévoit de compléter ou de remplacer cet indice de réparabilité par un indice de durabilité. Les travaux sont actuellement en cours quant à son élaboration. Comme pour l’indice de réparabilité, toutes les parties prenantes et notamment les fabricants et distributeurs s’investissent particulièrement pour que l’information à destination du consommateur soit juste et pertinente.

 

* Le dispositif concerne également d’autres appareils : ordinateur, smartphone, télévision et tondeuse à gazon.

A lire également :

Nouveau DPE : les radiateurs et chauffe-eau électriques s’imposent comme les solutions optimales pour un logement bas carbone

Paris, le 4 avril 2022 – Après sa refonte en novembre dernier1, la nouvelle version du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) permet de mieux identifier les logements à rénover. Le défi est maintenant de décarboner les foyers en améliorant le confort des occupants sans impacter leur budget au quotidien. Solutions bas carbone par excellence, les radiateurs électriques de dernière génération connectés et dotés de dispositifs de pilotage intelligent constituent l’une des meilleures options de chauffage disponibles sur le marché, tant en termes de contribution carbone, de coûts d’installation, de fonctionnement, que de confort.

 

Retour Espace Presse

 

Marché de l’électroménager français : une nouvelle performance exceptionnelle en 2021 avec une croissance de +7,6 %

Paris, le 14 février 2022 – Le Gifam, groupement des marques d’appareils pour la maison, a présenté aujourd’hui le bilan 2021 du secteur électroménager français. Avec une croissance de +7,6% en valeur et 9,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, le secteur de l’électroménager réalise de nouveau une performance exceptionnelle.

 

Retour Espace Presse

 

La nouvelle année est souvent synonyme de nouveautés. A ce titre le secteur de l’électroménager et du thermique électrique font leur part. Tour d’horizon des mesures qui auront un impact cette année pour les professionnels et les consommateurs.

 

 

  • Indice de réparabilité

Depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité des lave-linge hublots doit être transmis par les fabricants aux distributeurs et affiché en magasin ou sur Internet. Depuis le début d’année, le fabricant ou le distributeur ne respectant pas cette obligation peut désormais être sanctionné.

Un an après l’entrée en vigueur de cette disposition de la loi AGEC, le Gifam a par ailleurs récemment dressé le bilan du déploiement de l’indice.

  • Pièces détachées

Depuis le 1er janvier 2022, le fabricant doit indiquer au vendeur non plus seulement la durée de disponibilité mais également de non disponibilité des pièces détachées des produits. Si cette donnée n’est pas communiquée alors les pièces détachées sont réputées non disponibles. Par ailleurs, le délai de livraison maximum au réparateur des pièces détachées est désormais fixé à 15 jours ouvrables.

  • Garantie Légale de conformité

Du nouveau également au sujet de la garantie légale. La garantie légale de conformité reste fixée à 2 ans mais pourra être prolongée dans certains cas afin de favoriser la réparation des produits plutôt que leur remplacement :

  • Si le produit est réparé dans les deux ans suivant l’achat, la garantie légale est prolongée de 6 mois.
  • Si le consommateur fait le choix de la réparation mais que celle-ci n’a pas été mise en œuvre par le vendeur, le produit est alors remplacé et la garantie légale de conformité est renouvelée pour 2 ans. 
  • RE2020

La nouvelle réglementation concernant la construction de bâtiments neufs est désormais en vigueur. Elle favorise notamment dans la construction neuve l’installation de chauffe-eau thermodynamiques. Cependant, elle limite également à certaines zones climatiques la possibilité d’installer des radiateurs électriques de dernière génération en tant que solution de principale de chauffage.

 

A lire également :