Catégorie pour toutes les actualités, communiqués de presse compris

Depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité est obligatoire en électroménager sur les lave-linge hublot. Mais en pratique, qu’est-ce que ce nouveau pictogramme ?

Un nouvel indicateur pour éclairer le consommateur

L’indice de réparabilité est une note allant jusqu’à 10, destinée à indiquer le niveau de réparabilité du produit. Mis en place dans un premier temps sur 5 produits pilotes (lave-linge hublot, ordinateur portable, smartphone, tondeuse et télévision), il devra être visible en magasin et en ligne au moment de l’achat.

5 critères pour calculer la note

Pour élaborer cette note, 5 critères ont été retenus :

  • La disponibilité de la documentation
  • La démontabilité et l’accès aux pièces(fixations, outils nécessaires )
  • La durée de disponibilité des pièces détachées
  • Le prix des pièces détachées
  • Un critère spécifique à chaque produit. Pour le lave-linge, il s’agit de la présence d’un compteur d’usage, de l’assistance à distance et de la mise à jour du logiciel.

Un indice pour renforcer l’information du consommateur

Tout comme l’étiquette énergie, l’indice de réparabilité constitue un indicateur de comparaison et de choix des appareils. Créé en collaboration avec l’ensemble des acteurs de la filière (pouvoirs publics, distributeurs, acteurs de la réparation, fabricants, associations de consommateurs et environnementales…), l’indice de réparabilité sera déployé tout au long de l’année 2021.

Un pas de plus vers une consommation responsable et vers la réparation !

 

A lire également :

Dans le cadre de la publication de la prochaine réglementation thermique des bâtiments neufs (RE2020), le Gifam a souhaité réagir à certaines orientations inquiétantes envisagées, en publiant une lettre ouverte et un communiqué.

En l’état, ce projet prévoit d’écarter le recours aux radiateurs électriques et aux chauffe-eau thermodynamiques dès l’été 2021 dans la construction des logements neufs individuels et collectifs, privant ainsi durablement la France de solutions de chauffage performantes et décarbonées. Si le projet actuel se confirme, il serait donc contraire aux ambitions portées par les citoyens dans la lutte contre le changement climatique et pourrait considérablement nuire au développement de la filière industrielle thermique électrique, dont l’implantation en région participe de manière significative à l’emploi et à l’économie locale.

Le mois de décembre est enfin installé ! Si vous êtes en panne d’idées cadeaux pour cette fin d’année, le Gifam vous a concocté une petite liste tous budgets spéciale électroménager à glisser sous le sapin cette année. Retrouvez notre sélection en fonction de ce que vous recherchez :

  • Idée cadeau design

Certains appareils de petit électroménager peuvent devenir de véritables objets de décoration dans une cuisine ! Pourquoi ne pas placer par exemple sous le sapin un joli grille-pain ? Motifs baroques, design transparent pour voir ses tartines ou encore couleurs pop, les possibilités sont infinies ! Certains petits robots ménagers se parent aussi de toutes les couleurs pour s’adapter à l’ambiance de votre cuisine. Pratique et joli pour donner du caractère à sa cuisine.

  • Idée cadeau antigaspi

La machine à café avec broyeur intégré : un bel appareil pour les fans de café qui souhaiteraient s’initier au café en grain. Certaines machines sont également dotées d’un mousseur à lait pour réaliser des latte et cappucinos.

La machine de mise sous vide est également intéressante pour prolonger la durée de conservation de vos aliments. Une solution utile pour limiter le gaspillage alimentaire !

  • Idée cadeau pratique

Avez-vous pensé à l’aspirateur robot ? C’est le cadeau pratique par excellence pour pouvoir gagner du temps au quotidien. Certains aspirateurs sont directement connectés à votre smartphone pour piloter à distance le nettoyage de votre intérieur, d’autres disposent également de la fonction lavage pour un produit deux en un.

  • Idée cadeau pour les fans de cuisine

Le potager d’intérieur, c’est la petite touche sympa pour les cuisiniers en herbe et confirmés. La garantie d’avoir des aromates toute l’année pour agrémenter ses bons petits plats. C’est aussi une solution pour limiter le gaspillage alimentaire, les herbes aromatiques ayant parfois du mal à se conserver longtemps au réfrigérateur. Et en plus, la satisfaction d’avoir fait pousser soi-même ses condiments !

Le robot culinaire est aussi une bonne idée pour les fans de cuisine. Optez plutôt pour un robot pâtissier pour les adeptes de pâtisserie et plutôt pour un robot multifonction pour des personnes débutantes en cuisine ou qui cherchent à gagner du temps au quotidien dans la préparation des repas.

  • Idée cadeau cocooning

La brosse nettoyante c’est le cadeau idéal pour se bichonner. Pour les accros aux soins du visage, c’est le cadeau idéal pour un moment de bien-être et de détente.

 

N’oubliez pas, le bon cadeau, c’est celui que vous faites : nous sommes sûrs que vous allez trouver la bonne idée ! 🎁

 

Cela fait maintenant une quinzaine de jours que nous sommes confinés. Pour beaucoup d’entre nous, ce retour à la maison quelque peu contraint peut parfois amener son lot de surprises (plus ou moins bonnes !) Alors pour faire rimer confinement avec sérénité et économies d’électricité, retour ensemble sur des astuces simples à mettre en pratique au quotidien avec ses appareils électroménagers et de chauffage électrique.

Côté chauffage électrique

Déterminez la température idéale et adaptée à votre confort. Gardez simplement à l’esprit que 1 degré de moins = 7% d’économies d’énergie. Si vous envisagez de changer d’équipements, un radiateur ou un panneau rayonnant de nouvelle génération permet de réaliser une économie d’énergie de l’ordre de 30% (source : Gifam)

Côté lavage

Lave-linge ou lave-vaisselle, faites systématiquement fonctionner votre appareil de lavage à pleine charge et utilisez le programme par défaut pour économiser un maximum d’eau et d’électricité. Une astuce en plus concernant le lave-vaisselle : ne rincez surtout pas vos assiettes ! Pour éviter de gaspiller inutilement de l’eau, jetez les principaux débris alimentaires et mettez directement votre vaisselle au lavage, l’appareil se chargera du reste !

Côté cuisson

Utilisez la zone de cuisson adaptée à la taille de votre casserole et couvrez vos casseroles pour éviter les pertes d’énergie inutiles. En bonus, une montée en température plus rapide et un maintien au chaud de vos plats !

S’il s’agit d’une cuisson au four, utilisez les programmes par défaut si votre appareil en dispose ou arrêtez la cuisson une dizaine de minutes avant la fin pour utiliser la chaleur résiduelle.

 

Côté froid

N’ouvrez pas trop longtemps et trop souvent votre réfrigérateur pour éviter les pertes inutiles d’énergie. Enfin, si vous le pouvez, changez l’emplacement de votre réfrigérateur afin qu’il ne se situe pas à proximité de votre four ou d’une zone trop exposée au soleil.

À l’occasion de l’arrivée prochaine de la nouvelle étiquette énergie sur les appareils de froid et de lavage, le Gifam, groupement des marques d’appareils pour la maison, vient de dévoiler son nouveau guide « Electroménager : zoom sur la nouvelle étiquette ».  Destiné aux consommateurs, ce guide a pour objectifs d’expliquer simplement cette évolution réglementaire, qui va prochainement impacter les appareils de Froid et de Lavage.

Un webinaire d’information était également organisé auprès de la presse grand public afin de revenir sur les principaux changements à venir pour le consommateur.

 

 

 

C’est souvent l’un des premiers indicateurs que l’on regarde au moment de choisir un appareil électroménager. Cet outil considéré comme important par 90% des acheteurs français[1], va prochainement changer d’apparence. Tour d’horizon de cette révolution !

Quels sont les appareils électroménagers concernés ?

Pour le moment, seuls les appareils de froid (réfrigérateurs, congélateurs, appareils combinés, caves à vin) et les appareils de lavage (lave-vaisselle, lave-linge et machines lavantes séchantes), disposeront bientôt d’une nouvelle étiquette énergie.

Quelles sont les différences entre l’étiquette actuelle et la future ?

La principale nouveauté de cette étiquette, ce sont les classes d’efficacité énergétiques. Fini les classes A+++, A++ et A+ ! Pour s’y retrouver, les choses vont devenir beaucoup plus simples : les classes seront réparties sur une échelle de A à G.

Parmi les autres nouveautés, de nouveaux indicateurs font leur apparition comme le QR Code qui permettra d’accéder à la fiche d’information du produit ou encore les classes de perception sonore qui permettront de savoir facilement si un appareil est plus ou moins bruyant.

Qu’est-ce que ça change concrètement ?

Concrètement, il sera possible de découvrir dès le mois de novembre 2020, deux étiquettes énergie dans l’emballage des appareils de Froid et de Lavage : celle actuellement visible en magasin et celle qui sera en vigueur à partir du mois de mars 2021. Avec le changement d’échelle, les appareils ne seront plus notés de la même manière.

La nouvelle étiquette énergie laissant libres les classes d’efficacité énergétiques les plus élevées, il sera donc tout à fait normal de découvrir son produit classé plus bas sur l’échelle de la nouvelle étiquette.

Pourquoi un tel changement ?

La mise en place de cette nouvelle étiquette énergie a pour principal objectif de favoriser l’innovation : avec le retour d’une échelle de A à G, les fabricants vont pouvoir innover pour atteindre ces classes, devenues encore plus exigeantes.

Pas d’inquiétudes à avoir sur la performance des produits : les appareils vendus actuellement sont déjà très économes en énergie. L’objectif d’une nouvelle étiquette énergie est justement de pouvoir faire encore mieux !

Avec ce changement d’étiquetage, la nouvelle réglementation devrait permettre d’économiser d’ici 2030, 46 millions de tonnes de CO2 [2]

Par ailleurs, la nouvelle étiquette énergie sera un outil plus simple et plus facile à lire avec la présence de nouveaux indicateurs.

Si on récapitule :

  • La nouvelle étiquette énergie concernera les appareils de froid et de lavage.
  • Dès novembre 2020, il sera possible de découvrir dans l’emballage de ses appareils de froid et de lavage deux étiquettes énergie : celle actuellement visible en magasin et celle qui sera en vigueur au mois de mars 2021.
  • Désormais, les classes A+++, A++ et A+ n’existeront plus et les produits seront classés sur une échelle de A à G.
  • De nouveaux indicateurs feront leur apparition comme le QR Code ou les classes de perception sonore.
  • La révision de l’étiquette énergie favorisera l’innovation pour des produits toujours plus économes en énergie.

[1] Source : Étude sur les Leviers d’avenir en électroménager, Gifam Insights, 2018.

[2] Source : Commission Européenne, octobre 2019.

A voir également :

Voir notre webinaire d’information sur la nouvelle étiquette énergie

« Zoom sur la nouvelle étiquette énergie » Le guide pratique entièrement dédié à la nouvelle étiquette énergie

 

Vous envisagez d’acheter un nouvel appareil électroménager mais vous ne savez pas par où commencer ! On vous aide à décrypter avec 3 questions essentielles à se poser avant d’acheter.

1. Quels sont mes besoins ?

La famille qui s’agrandit, un déménagement,  : il est essentiel de commencer par faire le point sur vos besoins personnels. La taille de votre foyer pourra par exemple vous orienter sur la capacité de votre réfrigérateur ou de votre machine à laver. Si vous vivez en appartement ou que vous bénéficiez d’un tarif heures creuses la nuit, privilégiez par exemple des appareils silencieux, etc.

La fréquence d’utilisation et la taille l’espace où sera placé l’appareil sont également de bons indicateurs à prendre en considération pour choisir l’appareil le mieux adapté.

2. Quelles innovations me sont utiles ?

Les innovations sont multiples sur les appareils aujourd’hui. Mais quelles fonctionnalités vont véritablement me changer la vie ? Certains lave-linge peuvent s’ouvrir au cours du cycle pour ajouter un vêtement que l’on aurait oublié (pratique pour les têtes en l’air !) . Les fours double cavité permettent de cuire un gateau et gratin en même temps : l’idéal lorsqu’on reçoit beaucoup chez soi ou que l’on aime préparer ses repas en avance ! Les aspirateurs robots connectés permettent aussi de gérer à distance l’entretien de votre maison…

Réfléchissez aux bénéfices que ces innovations pourront avoir sur votre quotidien. L’idée, c’est que nos appareils nous facilitent le quotidien !

3. Quelles performances environnementales ?

L’étiquette énergie permet de comparer facilement les appareils entre eux concernant leurs performances en matière de consommations d’eau et d’énergie. L’idéal reste de choisir si possible les appareils les mieux classés sur l’étiquette. Autre donnée utile à consulter : la durée de disponibilité des pièces détachées qui vous permettra de savoir si votre appareil sera facilement réparable en cas de panne.

 

C’est l’heure de la rentrée ! Si le retour à la réalité peut parfois être difficile, certains appareils électroménagers vont pouvoir simplifier votre rentrée. Pour gagner en sérénité, tour d’horizon des appareils électroménagers à choisir selon votre profil !

Team pressée

La rentrée c’est souvent le coup de stress. Avec toutes ces choses à gérer vous avez même oublier de repasser votre tenue pour le jour-j !

Pour rester impeccable sans stresser et si vous investissiez dans un défroisseur vapeur ? En quelques gestes, cet appareil peut évidemment retirer les plis une chemise ou d’une robe mais aussi rafraichir un vêtement qui serait par exemple resté trop longtemps au placard. Un indispensable pour une tenue parfaite, rapidement pour une rentrée au top !

Team désorganisée

C’est un constat : chaque année vous décidez d’être plus organisé mais impossible le matin vous partez sans rien avaler et le soir vous désespérez pour le dîner.

Pour organiser les repas en toute sérénité, pourquoi ne pas se mettre aux meal prep ? Cette tendance fait des adeptes en ce moment. Le principe : cuisiner le week-end en avance ses repas de la semaine. Avec un robot multicuiseur, tout devient facile à cuisiner maison : quiches, plats mijotés, desserts : le robot multi cuiseur peut vous aider à organiser et planifier vos repas. Le plus ? Ces appareils disposent de nombreuses idées de recettes préprogrammées et les adeptes partagent régulièrement ses recettes sur Internet.

Pour un gain de temps dans vos préparations, vous pouvez aussi penser au four à double cavité qui permet de cuire deux plats en même temps comme une tarte et un gratin.

Enfin pour le matin, pensez à préparer votre table de petit-déjeuner la veille pour plus d’efficacité. Une cafetière ou une théière programmable permettent de faire le café ou le thé selon ses préférences et son heure de réveil 😊

Team fatiguée

Avec toute cette agitation, vous n’avez plus aucune motivation pour entretenir votre intérieur en rentrant du travail ou le week-end. Pour ça, pas de panique : le robot aspirateur et nettoyeur sera votre meilleur allié ! Un outil deux en un pour rendre votre quotidien plus serein.

Team besoin de se chouchouter

Enfin, on a tous besoin de prendre un peu de temps pour soi en ce moment. Brosse nettoyante pour le visage, set de manucure électrique, appareils de coiffure… À vous de choisir pour un moment de détente absolu.

Et vous quel appareil électroménager va sauver votre rentrée ?

Parmi les modèles de sorbetières, il est parfois difficile de choisir l’appareil adapté. Alors que la France s’apprête à subir un nouveau coup de chaud, on vous livre tous nos conseils pour trouver le compagnon idéal pour des glaces fait-maison !

Les sorbetières à froid autonome ou turbines à glace

Considérées comme des machines semi-professionnelles, les turbines à glace possèdent un groupe réfrigérant autonome. Elles peuvent donc être utilisées immédiatement et l’on peut y préparer plusieurs glaces à la suite. Les turbines à glace, dotées d’un système complexe et de haute qualité, sont logiquement assez onéreuses.

Les sorbetières à accumulateur de froid

Moins chères, les sorbetières à accumulateur de froid sont les plus courantes sur le marché. Avec ce type de sorbetière, vous devez placer dans votre congélateur soit une cuve soit un disque pour accumuler le froid nécessaire à la préparation de la glace. C’est une fois seulement le froid accumulé qu’il est possible d’utiliser l’appareil.
A la différence de la turbine à glace, la sorbetière à accumulateur de froid nécessite donc un temps de mise en service assez long qui varie entre 10 et 12 heures.

Comment choisir entre les deux ?

Si vous êtes un passionné de crèmes glacées et que vous ne pouvez pas attendre, préférez la turbine à glace. Si votre production de glaces est plus restreinte et que votre congélateur est assez grand, choisissez plutôt la solution de la sorbetière avec cuve. Si vous en avez la place, rangez directement votre cuve dans le congélateur ainsi, quand l’envie d’une glace vous prend, vous pouvez l’utiliser sans attendre. Enfin pour ceux qui n’ont que peu d’espace dans le congélateur, optez pour la sorbetière avec disque accumulateur.

Sachez enfin que certaines kitchen machines proposent leur propre accessoire sorbetière. Si vous en possédez une, vérifiez dans ce cas si elle ne dispose pas d’une cuve sorbetière ainsi vous gagnerez de la place !

En réaction à la parution de l’article « Rénovation énergétique : le tout électrique revient en force » publié en mai 2020 dans le magazine Que Choisir,  le Gifam souhaitait rétablir la vérité quant à la question des appareils de chauffage électrique et sensibiliser les consommateurs sur les bénéfices à long terme que ces appareils apportent, tant sur le plan environnemental que sur le plan économique.
Revenons point par point sur les arguments évoqués dans l’article.

 

« En l’état actuel du projet de réglementation soumis à consultation, sa stratégie nationale de rénovation énergétique des bâtiments modifie l’orientation jusque-là suivie, qu’il s’agisse du niveau de la rénovation basse consommation ou des classes du diagnostic de performance énergétique (DPE). L’objectif étant de faire en sorte que l’électricité soit favorisée et que le chauffage électrique devienne la norme »  

  • Dans le cadre de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), la France s’est engagée à poursuivre la réduction des émissions de gaz à effets de serre comme elle s’y était engagée lors de la COP 21 de Paris. Aussi, la prochaine réglementation qui s’appliquera aux bâtiments neufs (RE2020) ne peut s’inscrire que dans cette démarche qui constitue désormais une priorité, le gouvernement l’ayant clairement indiquée dans sa feuille de route communiquée en janvier dernier.
  • L’électricité produite en France, déjà peu émettrice de CO₂, est issue de plus en plus des énergies renouvelables (hydraulique, éolien et solaire). Parmi les solutions électriques existantes, le chauffage électrique constitue donc une opportunité pour la France de satisfaire à ses objectifs environnementaux.

 

« Des radiateurs électriques, coûteux à l’usage, sont privilégiés par le projet de la réforme »

« Le gouvernement compte sur le tout électrique […] mais au lieu de miser avant tout sur la réduction des consommations d’énergie, il assouplit des règles pour laisser la part belle au chauffage électrique par radiateurs, bon marché en investissement mais très coûteux à l’usage »

  • Le convecteur électrique tel qu’il est mentionné dans l’article, fait partie des technologies existantes, mais il ne représente aujourd’hui que 16% des appareils installés en France. Les fabricants ont opéré une véritable révolution depuis l’apparition de ce premier type d’émetteur il y a plus de 50 ans et proposent aujourd’hui d’autres technologies d’appareils comme les panneaux rayonnants et les radiateurs que les consommateurs apprécient : ces derniers représentent en effet 63% des appareils présents dans les foyers français[1], sans oublier les radiateurs sèche-serviettes qui équipent près d’un quart des logements.
  • Les investissements permanents en Recherche & Développement portés par les industriels du secteur pour développer des appareils intelligents et performants apportent des réponses fortes aux besoins des consommateurs : confort thermique, allègement de la facture d’électricité, réduction de la consommation d’énergie et de l’impact environnemental.

 

« Le chauffage électrique par radiateurs, [est] bon marché en investissement mais très coûteux à l’usage » 

  • Cette affirmation est totalement erronée. De nouvelles fonctions, comme la programmation ou la connectivité facilitent le quotidien des consommateurs et permettent de réaliser des économies d’énergie conséquentes : lors du remplacement d’un convecteur de première génération par un émetteur de dernière génération, les économies d’énergie sont de l’ordre de 30%, en fonction de l’usage, des caractéristiques de l’appareil, du comportement du consommateur et des caractéristiques thermiques du logement.

 

Concernant l’isolation thermique du bâti, évoquée dans le paragraphe « les consommateurs dindons de la farce »

  • Les fabricants d’appareils de chauffage électrique ont toujours été en faveur d’une excellente isolation thermique du logement qui va de pair avec un système de chauffage performant, quelle que soit l’énergie, pour apporter confort et efficacité énergétique. D’ailleurs, les fabricants de solutions de chauffage électrique ont été pionniers en la matière et ce dès les premières réglementations thermiques. Aussi, « les passoires thermiques » ne sont pas l’apanage de l’énergie électrique.
  • Crise économique, difficultés financières passagères, certains consommateurs n’ont pas le choix et doivent définir des priorités en matière de dépenses lors d’une rénovation. Changer ses émetteurs de chauffage électriques, pour des appareils de dernière génération, offre l’avantage d’améliorer immédiatement leur confort thermique grâce à une régulation permettant d’obtenir en un temps très court la température de confort souhaitée avec une précision au 1/10 de degrés près.
  • Par ailleurs, les fonctions de détection, d’auto-apprentissage, de communication à l’intérieur du logement ou encore de pilotage des appareils à distance permettent à l’utilisateur de contrôler au plus près ses dépenses énergétiques, tout en utilisant une énergie très faiblement carbonée.
    Pourquoi devraient-ils s’interdire de tels bénéfices ?

 

« Ainsi les logements chauffés à l’électricité aujourd’hui étiquetés C vont passer comme par magie en B, sans qu’on ait amélioré le moins du monde l’isolation de leur bâti »

  • Il convient de rappeler que la classification des logements dans le cadre du DPE (Diagnostic de Performance Energétique) fait intervenir jusqu’à présent dans les formules de calcul un coefficient dont la valeur dépend du type d’énergie utilisée pour différents usages dont le chauffage.
  • En cela et contrairement aux autres énergies, l’électricité est pénalisée par un coefficient de 2,58, valeur demeurée inchangée pendant 50 ans alors que dans le même temps, le mode de production de l’électricité a considérablement évolué en recourant de plus en plus aux énergies renouvelables. Ainsi, depuis janvier 2020, cette valeur a été ramenée à 2,3.
  • La modification du calcul du DPE envisagée pour les logements électriques n’est en aucun cas une « tromperie » mais au contraire une évolution pour permettre au consommateur de disposer d’un classement plus représentatif de son logement en matière d’efficacité énergétique et des moyens pour agir concrètement sur celui-ci.

 

[1] Etude TNS Sofres pour le Gifam

À lire également : Dossier de presse – Amélioration du confort thermique de l’habitat